Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

e-mail

Archives

28 novembre 2008 5 28 /11 /novembre /2008 18:10
SANTE AU CŒUR DE LA CITE EN QUESTIONS – D. TURCAN

Comment est née l’idée du programme Sante au cœur de la cité ?

D. T.   SANTE AU CŒUR DE LA CITE s’inscrit dans le cadre du Projet Valauval qui est un programme de recherche visant à développer une offre de services aux entreprises et aux villes fondée sur la dynamique entre ces deux entités. L’objectif étant de proposer un repositionnement de l’une et de l’autre intégrant le rôle  social fondamental que l’une et l’autre sont appelées à tenir et valorisant le partenariat croissant qui, progressivement, va les unir. La volonté est d’optimiser toutes les ressources et potentialités du couple ville/entreprise. SANTE AU CŒUR DE LA CITE est le volet du Projet Valauval dédié au secteur économique de la santé.

Qu’est-ce que la Stratégie Urbaine d’Entreprise ?
D. T.  La S.U.E est un axe de développement et de communication nouveau proposé aux entreprises qui privilégie la problématique urbaine, jouant du contraste des vertus d’intimité, de proximité et d’universalité de la ville, favorisant les partenariats ville/entreprise et, par une politique de donnant-donnant, qui considère le consommateur, ou le patient, par le biais de sa condition de citadin.

Façe à l’inexorable montée en puissance des villes et des régions, les entreprises vont devoir initier une nouvelle communication, entre le produit et le corporate, qui s’inscrive dans une stratégie urbaine pré-élaborée. La stratégie urbaine est un peu à la communication traditionnelle ce que l’art contemporain fut à l’art académique : les supports explosent, on communique ailleurs et autrement, en étant présent et utile. Parallèlement au concept d’entreprise citoyenne, en vogue depuis quelques années, se développe sur un autre registre celui d’entreprise citadine.

La S.U.E suggère aux entreprises de s’inscrire dans le quotidien urbain des consommateurs autrement que par la publicité. Elle définit et exécute toutes actions visant moins à marteler un message ou une enseigne qu’à satisfaire un réel besoin ou un confort citadins. Le XXIe siècle sera inéluctablement urbain ; le questionnement par l’urbain n’est pas un hommage rendu à la ville mais la simple anticipation d’un phénomène par lequel la ville va être perçue comme une échelle de référence, un monde réduit encore façonnable, le support inédit d’un discours global.

L’idée que les entreprises doivent développer une stratégie spécifiquement urbaine c’est à dire calibrée aux dimensions de la ville et selon les critères d’analyse et de référence qui y sont attachés, ne constitue aucunement une nostalgie du « small is beautiful ». D’une part, les villes s’inscrivent désormais dans des réseaux ; la révolution numérique et les progrès technologiques considérables en matière de transports ont introduit une économie de flux qui est venue contester la suprématie de l’économie de lieux. Par ailleurs, les villes développent des modèles reproductibles. Une initiative menée à Sydney peut être répliquée à Madrid ou à Montreal moyennant les seuls aménagements culturels nécessaires.

 

Comment les acteurs de santé peuvent-ils, concrètement, s’inscrire, au sens entendu, dans la problématique urbaine ?

D T. On ne pourra là encore que donner de simples indications. Les idées viendront cheminfaisant. Immédiatement, on songe bien entendu au soutien ou la prise d’initiatives visant à préserver le capital-santé des citadins ( qualité de l’air ambiant, nuisances sonores, traitement des eaux, gestion des espaces, hygiène des rues, maîtrise de l’énergie …) et le développement en partenariat d’un urbanisme favorable à la santé. La prise en charge d’actions de recherche et d’études ayant pour cadre imposé ou jugé pertinent la ville ou le quartier devra faire l’objet de la communication la plus large possible.

La participation au financement d’équipements témoins ou à la reconversion d’équipements existants susceptibles d’améliorer le cadre de vie ou de favoriser la pratique du sport et de la détente en ville est parfaitement envisageable dès lors que les réalisations financées seront reproductibles, déclinables et transposables. Dans le prolongement plus classique de l’activité des acteurs de santé, se mettront progressivement en place des programmes post-congrès de « découverte santé » des villes, des visites, des échanges, des réunions de travail et de réflexion avec les cœurs de santé – hôpitaux, unités de soins, centres de recherche – regroupés en centres d’excellence.

Des problématiques de sécurité à celles liées à l’environnement, du développement des services de proximité au renouveau des quartiers délaissés, les acteurs de santé multiplieront leurs interventions au niveau de l’information, de la formation, du conseil, de l’ingénierie et, bien entendu, du lobbying.

A court terme, elles pourraient être les premières entreprises à intégrer une fonction « stratégie urbaine » dans le prolongement de celle de RSE. A l’aune des contraintes du développement durable qui s’imposent désormais à tous niveaux, si les autorités locales, les familles et les associations de patients ont pris une place que nul ne saurait ou ne voudrait leur contester, elles doivent pouvoir compter sur l’initiative privée définitivement convaincue qu’elle n’appréhendera jamais mieux le marché et les enjeux globaux qu’au travers de son implication dans la ville. La santé va s’inviter dans l’histoire urbaine.

Partager cet article
Repost0
24 novembre 2008 1 24 /11 /novembre /2008 13:19

SANTE AU CŒUR DE LA CITE EN QUESTIONS – Dr P. ESPINOSA (Directeur Scientifique Covos Baxon santé)

 

Quelles sont les modalités de ce programme ?

Dr P. E.  La campagne SANTE AU CŒUR DE LA CITE va mettre en place et proposer un cadre de débats, d’échanges, d’initiatives et de projets, tous déclinés sur « fond de ville ». Les problématiques soulevées feront ressortir les aspects spécifiquement urbains de leurs causes, leurs origines, leurs circonstances ou leurs solutions. Le site www.santeaucoeurdelacite.com sera exclusivement et intégralement dédié à cette campagne. Toutes les ressources technologiques seront exploitées aux fins de ces débats ( videos, podcasts ….). Les attributs classiques d’un congrès seront réunis : boards d’experts, forum de discussion, livret électronique des abstracts ….   sans prétendre cependant se substituer
à l’expérience terrain du congrès physique par définition irremplaçable.
La prise en charge de cette campagne sera assurée par une structure pérenne, légitime, qui présente l’avantage d’être un fidèle prestataire de l’industrie pharmaceutique tout autant qu’un fournisseur d’entreprises partenaires. La participation de professionnels hors santé ne saurait diluer les messages. SANTE AU CŒUR DE LA SANTE revendique d’être une expérience transversale parce que la ville est elle-même un sujet transversal.

La Stratégie Urbaine d’Entreprise ne se réduit-elle qu’à  la seule communication ?
Dr P. E. La S.U.E est à la fois une stratégie d'image et de comportement. Avec elle, on ne fait plus seulement que communiquer, on agit à partir de , dans et sur : la ville. Pour SANTE AU CŒUR DE LA CITE, l’un des objectifs est, il est vrai, de promouvoir une autre image de l’économie privée de la santé en lui donnant toute la place qui lui revient dans ce media impliquant moderne qu’est la ville. L’adhésion des intéressés devrait être emportée sans difficulté majeure. Il est somme toute assez banal pour les fournisseurs de produits que sont
les entreprises du médicament de se préoccuper des conditions de la meilleure adminis
tration possible des soins dans un contexte de vie de plus en plus urbain et citadin. Quant aux autres acteurs de la chaîne de santé, ils ne peuvent se passer de l’opinion favorable du consommateur final qu’est le patient. Ni les uns, ni les autres ne peuvent ignorer les occurrences qui président aux modes de prescription, d’administration et de consommation des produits de santé et des traitements suivis.

 
Quels sont les objectifs pédagogiques de SANTE AU CŒUR DE LA CITE ?

Comment se positionne-t-elle au regard des initiatives existantes ?

Dr P. E.  Plusieurs campagnes sont actuellement menées qui procèdent d’une inspiration assez proche de SANTE AU CŒUR DE LA CITE. Ainsi de la campagne Agir pour la Prévention ayant pour cadre l’échelon régional. Ses promoteurs favorisent diverses actions de proximité en fédérant les professionnels et les institutionnels locaux impliqués dans la santé. La Semaine du Médicament, déjà citée, est une initiative innovante. L’objet éminemment pédagogique poursuivi est renforçé par la transversalité de la démarche empruntée. Les professionnels concernés sont içi mobilisés au service du bon usage du médicament.

SANTE AU CŒUR DE LA CITE ne privilégie aucune pathologie particulière et ne représente que la cause qu’elle prétend servir : la dimension urbaine de l’économie privée de la santé et la redéfinition du rôle de ses acteurs dans l’environnement physique et social des patients-citadins.

L’aide à la détermination par chacun d’une stratégie urbaine constitue un objectif prioritaire. Et nous avons la conviction que chacun définira sa stratégie propre en regardant l’autre chercher la sienne parmi l’ensemble des données, informations, connaissances, réflexions, expériences brassées lors des débats.

Les thèmes et sujets d’études ou de recherche de SANTE AU CŒUR DE LA CITE seront déterminés en accord avec le bureau et le board d’experts constitués. Sans déflorer le contenu des premières éditions, on peut dire que les travaux s’ordonnanceront autour des thématiques suivantes.

Une thématique institutionnelle où la réflexion pourra porter sur des sujets difficilement contournables comme la réforme redoutée des hôpitaux, les réseaux de santé, lesAgences régionales de santé, les pôles de compétitivité dédiés à la santé, le développement des services à la personne ...

Une thématique conceptuelle et prospective avec des sujets tels que la « fonction citadine du pharmacien », son évolution vers un rôle de prestataire de services variés ancré au cœur de la ville, les « vertus thérapeutiques d’une bonne ambiance », thème qui interpelle de plus en plus les faiseurs de villes, le « concept d’entreprise citadine appliqué à la santé », la "Proximologie étendue au quartier" - avec l’autorisation du laboratoire créateur du concept – la Charte de l’entreprise citadine, l’intégration de la dimension et de la problématique urbaines dans les stratégies de communication et de marketing des acteurs de santé ...

Une thématique ciblée partant d’une accroche urbaine pour introduire l’actualité d’une grande pathologie. Ainsi de « L’air dans la ville », objet de récentes études, pour évoquer les thèmes du souffle et de la respiration, de « l’adolescence à risques ( drogue, suicide, troubles de  l’insertion sociale, sexualité et conduites à risques ) thème à l’occasion duquel sera mis sur pied un événement out-door- le « Pont aux familles » - de « Marcher dans la ville », en regard du fléau de l’obésité et de la prévention des maladies cardio-vasculaires …En outre, le projet SANTE AU CŒUR DE LA CITE ne s’interdira pas une démarche plus philosophique avec des thèmes définis autour du « corps dans la ville » ou du plaisir des sens dont la prise en compte capte l’attention croissante des urbanistes. A terme, nous concevrons sans doute la création et l’animation d’un club d’entreprises, porteurs d’initiatives relayées ou déléguées.

Partager cet article
Repost0
18 novembre 2008 2 18 /11 /novembre /2008 23:46

VALAUVAL ET COVOS BAXON LANCENT LE CONGRES PERMANENT.

 

Les acteurs privés de l’économie de la santé, industriels, praticiens, pharmaciens d’officine sont absents des débats sur la ville. Pour autant, ils sont tous, par essence, impliqués dans la ville, une échelle qui leur est familière, voire consubstantielle. Ces débats se multiplient dans de nombreuses enceintes. A la clé, une redistribution des rôles au profit de ceux qui, naturellement, interviennent en proximité du citadin.

La ville. La ville et sa région  retrouvent une place de premier plan dans les stratégies économiques et politiques des grands décideurs et les priorités du législateur. En France, le phénomène a été souligné en 2008 avec l’audit attendu et redouté des pôles de compétitivité fraîchement constitués, la discussion qui s’est ouverte au Parlement sur le projet de loi « Hôpital, Patients, Santé et Territoires » créant notamment les Agences Régionales de Santé et, bien sûr, les élections municipales.

Depuis la loi relative à la politique de santé publique du 09 août 2004, l’espace régional est
désormais perçu comme niveau pertinent pour la mise en œuvre de cette politique. Les collectivités locales sont en outre au cœur des enjeux européens les plus sensibles. Elles sont la pièce principale du dispositif opérationnel du principe de subsidiarité qui porte en lui l’idée selon laquelle l’action doit être exercée au plus près des citoyens.

Il y a un an, l’ Institut des Villes a décidé de mener une réflexion sur la place de l’élu communal dans l’élaboration de programmes territoriaux de santé et d’échanger sur les
pratiques à l’œuvre dans les villes françaises. Complémentairement, le programme « SANTE AU CŒUR DE LA CITE » a pour ambition de souligner, favoriser et mettre en valeur les fonctions et rôles réels ou potentiels des acteurs privés de la santé dans le cadre urbain revisité.

Avec la « Semaine du Médicament », qui en est à sa 3e édition, industriels et pharmaciens ont initié ensemble et en des lieux divers un dialogue de terrain inédit, en allant au-devant du
grand public et des patients. SANTE AU CŒUR DE LA CITE va prolonger ce mouvement.
Dans la mise en place d’une stratégie d’image placée sous le double signe de la transparence
et de la proximité, les acteurs de santé vont exploiter la dimension locale, mesurer leur impact en s’inscrivant eux mêmes dans le quotidien urbain, voire en participant à l’amélioration du cadre de vie ( « l’entreprise citadine »). Et ainsi jeter les bases d’une stratégie urbaine d’entreprise, version santé.

Après avoir livré une bataille planétaire, les champions de l’industrie de la santé et leurs
nouveaux challengers vont devoir livrer celle des villes où il ne s’agira plus seulement d’apparaître mais de participer aux côtés de leurs partenaires de la chaîne de santé. Support d’image et d’action encore sous-estimé, la ville devient peu à peu un media impliquant.

L’approche de SANTE AU CŒUR DE LA CITE est pluridisciplinaire et transversale. En
dehors des industriels et des professionnels de santé et en fonction des thèmes abordés, sociologues, urbanistes, aménageurs seront sollicités avec tous ceux dont l’expérience témoigne d’un intérêt réel pour l’environnement immédiat perçu en tant qu’acteur de soins à part entière ou pourvoyeur de bien-être et de mieux-vivre.

Le débat qui va s’engager aura pour premier support le site
www.santeaucoeurdelacite.com en cours de construction. Covos Baxon sollicitera les diverses contributions et se positionnera comme modérateur de ce congrès permanent. Covos Baxon jalonnera les échanges de colloques thématiques régionaux à forte connotation urbaine et organisés selon un agenda à définir. En 2010, un congrès national constituera le point d’orgue de la première session de cette campagne dans le cadre et dans les murs d’une grande ville associée.

Didier TURCAN

Partager cet article
Repost0
29 septembre 2008 1 29 /09 /septembre /2008 10:34
En théorie, la gastronomie moléculaire sortie des laboratoires de l'INRA et des neurones du chercheur Hervé THIS, c'est l'art d'appreter les mets et de les rendre agréable au goût.
En pratique, la science contribue au progrès de la cuisine et de la cuisine moléculaire en particulier. Comment découvrir cette nouvelle école ?

En participant aux Ateliers Moléculaires qui offrent aux cuisiniers et aux gastronomes la possibilité d'acquérir le temps d'un stage, les fondamentaux d'un art culinaire Techno-Emotionel. Sous l'autorité d'un docteur en gastronomie, ces ateliers vous familiarisent au pouvoir spectaculaire de l'azote liquide, la subtilité de l'émulsion ou au délicat excercice de la gélification. La "Cuisine Innovation" vous ouvre les notes de nouvelles saveurs, de nouvelles textures illustrées par les créations de Ferran ADRIA, Thierry MARX ou Pierre GAGNAIRE.

Les Ateliers Moléculaires sont proposés par Covos Baxon en partenariat avec Anne CAZOR et Cuisine Innovation. A vos pianos pour une nouvelle symphonie des papilles ...
Partager cet article
Repost0
23 septembre 2008 2 23 /09 /septembre /2008 15:47

Covos Baxon, dans le cadre de sa certification Qualité ISO 9001, continue son engagement dans une démarche destinée à réduire ses émissions carbone, avec le nouveau programme Carbon Progress de Bureau Veritas.
 

Carbon Progress se présente comme une alternative au « marché de compensation carbone », qui permets aux acteurs économiques de compenser financièrement l’impact environnemental de leur activité, sans pour autant réduire leurs émissions propres. La vocation de Carbon Progress est de donner la preuve tangible et quantifiée des efforts d’une organisation pour réduire ses émissions de CO2 et sa consommation énergétique.

 

Une  méthodologie sérieuse et transparente

Bureau Veritas a élaboré un référentiel pour auditer toutes les phases du processus de réduction des émissions. Une fois l'engagement de l'organisation pris et l'inventaire carbone effectué, la certification valide les objectifs de réduction et les plans d'actions décidés. Une troisième phase permet de confirmer la mise en oeuvre et le suivi des actions prises afin d'atteindre les  objectifs de réduction.

Partager cet article
Repost0
16 septembre 2008 2 16 /09 /septembre /2008 19:14

Vivre un Week-End de milliardaire sur une île privée, monter les marches du plus célèbre des festivals, participer aux premiers vols surorbitaux de Virgin Galactic, dîner avec un artiste d’exception sur la scène d’un opéra …What Else !!! L’insolite, le confidentiel, l’inaccessible sont les clichés du vocabulaire classique de l’Incentive.

Et si l’Incentive méritait encore mieux que tous ces super cadeaux, et si l’on redonnait du sens à la motivation en respectant les principes de Maslow.

Au delà des attentes primaires des candidats au « sur-moi », il faut répondre aux aspirations des repousseurs d’horizons : après le travail bien fait, après la reconnaissance des autres, on veut  SE REALISER, s’etonner soi-même.

Avec nous, ces nouveaux héros de la motivation partiront en mission dans une tribu amazonienne, partager la vie de chercheurs, pour le compte d’une multinationale de la santé. Les autres rejoindront un grand architecte urbain en Chine, à l’occasion de l’Exposition Universelle de Shangaï pour l’inauguration de la première Ecopolis. Enfin, les plus motivés participeront aux nouveaux concepts "Intelligent Sport" de notre partenaire IMG, réunissant les collaborateurs des plus grandes firmes de la planète.

Le "Nouvel Incentive" anime et récompense les chercheurs d'accomplissement ...
Vos interlocuteurs Incentive : Anne Le Calve & Jean-Paul Roy - Tel : 01 55 20 23 83

Partager cet article
Repost0
11 septembre 2008 4 11 /09 /septembre /2008 18:10


LES PARCOURS DE L'EMOTION® : UN NOUVEL ART DE VILLE


Le  dépôt de la marque «Les parcours de l’émotion» *, le 03 août 2005, traduit la volonté de développer un nouveau type de tourisme urbain et de découverte des villes qui passe par la captation puis la restitution de leurs ambiances majeures, soulignées, au besoin mises en événement, pour en accroître la force d’impact.

 

Les prestations proposées sous cette nouvelle marque jouent de l’imaginaire, du plaisir, du confort de l’instant et du bien-être ressenti au contact de l’intimité révélée d’une rue, d’une place ou d’un quartier à des moments qui ne doivent rien au hasard. Car il y a les lieux mais aussi les moments de la ville. Les lieux vibrent plus intensément à certains moments du jour ou de la nuit qu’il faut savoir saisir. Le tourisme urbain peut ainsi devenir une science du temps, une quête des instants propices, d’une luminosité furtive ou d’une sonorité particulière : on découvre avantageusement un lieu à certains moments  recherchés et choisis.

 

Les tendances récentes de la recherche urbaine ont inspiré Les Parcours de l’Emotion®.
La recherche sur la ville fait une place croissante aux études sur l’ambiance, point de rencontre entre les phénomènes physiques et la tonalité affective qu’on y attache. Les ambiances urbaines viennent ainsi au secours d’un registre scientifique restituant mal  les dimensions sensibles de la ville qui constituent pourtant le mode principal de la relation du citadin à l’espace qui l’entoure et du visiteur au lieu qu’il découvre.

 

Les études sur l’ambiance en ville représentent un fabuleux espoir pour les urbanistes de concevoir un nouveau modèle pratique et intelligible de l’espace urbain. On en mesure à présent toutes les potentialités dans la matière du tourisme urbain, de la redécouverte de la cité et des passions que cette dernière suscite.

 

Ressentir une ambiance, c’est vivre une émotion. Les parcours de l’émotion sont une aventure sensible, sensuelle au cœur des villes. Ils invitent non pas à penser la ville mais à la sentir, la ressentir et, si on le désire, à y participer.

 

Chaque ville mérite sans doute plusieurs parcours de l’émotion qui seront élaborés en partenariat  avec des professionnels locaux ou des spécialistes de la destination. Autant d’acteurs à la recherche d’une meilleure visibilité dans leur ville de résidence. Venise a servi de cadre au premier parcours de l’émotion, en mai 2006. Monaco a suivi en 2008 . Prague sera à l’honneur en 2009.

 

Les parcours de l’émotion vont se décliner sur toutes les villes qui ont quelque chose à dire, un récit à proposer ; humblement mais résolument, ils entendent participer à la promotion d’une nouvelle culture urbaine.

Didier TURCAN

* Valauval, titulaire
Partager cet article
Repost0
9 septembre 2008 2 09 /09 /septembre /2008 18:00

SOIREES DE FIN D’ANNEE


OSEZ
les concepts originaux de nos soirées urbaines

Soirée de fin d'année, R.P, lancement de produit, inauguration, semaine thématique.

Lieux insolites ou exclusifs, Ateliers d'artiste, ambassades, cloître, île privée, carré VIP, Scènes de théatre.
Animations interactives : Master-class WII, performances artistiques, restauration thématique et ateliers moléculaires, Scénographie 3D et régies techniques numériques. 

De la conception à la réalisation, COVOS BAXON EVENTS, assure la maîtrise complète de votre événement.

OFFRE PERSONNALISEE SOUS 48 HEURES

Green Floor - Décors Lumière - Ice Concept

Partager cet article
Repost0
4 septembre 2008 4 04 /09 /septembre /2008 13:00


PRAGUE : L’ALCHIMIE PARFAITE


Comment la ville de PRAGUE va-t-elle réussir la délicate alchimie entre la nostalgie d'un riche passé historique, son entrée par un G7 explosif parmi les nouvelles capitales européennes et le charme actuel de son art de vivre.

La musique, les musiques, les palais, les mécènes, la politique, les écrivains, la photographie,  l'architecture, PRAGA MAGICA, porte bien son nom et
pourtant PRAGUE entretient le mystère.

 

Demain, la VLATVA deviendra un cordon ombilical branché avec sa plage, ses quais réhabilités en espaces de création, ses jardins-exposition, ses design-stores accueillant la nouvelle middle class.

 

Les enfants et petits-enfants de MOZART, SMETANA, de MUCHA, de KAFKA ou DE VACLAV HAVEL côtoient les étudiants venus des quatre coins du monde et les nouveaux cadres des firmes high-tech internationales plébiscitent le dynanisme d'une ville à l'éternel printemps.

PRAGUE fait couler, pour nous, dans ses ruelles d'or un nouveau langage émotionnel.

Partager cet article
Repost0
2 septembre 2008 2 02 /09 /septembre /2008 15:40

LES VERTUS DU MANDAT

La réduction des budgets tourisme d’affaires ne tient pas réellement du scoop. On le sait, depuis plusieurs années, les ambitions dans le domaine sont clairement revues à la baisse et le traitement interne privilégié chaque fois que l’opération envisagée est réalisée dans des conditions domestiques.

 

Du côté des fournisseurs, l’époque est à la consolidation des départements, et des services, corporate. Le contact direct des entreprises est recherché, la démarche est courtisane. La conjonction de ces deux phénomènes a rétréci assez considérablement le champs d’action historique des agences de tourisme d’affaires, invitées à adopter une posture toujours plus événementielle.

 

Curieusement, ces mêmes circonstances ont recélé de précieuses opportunités pour les agences passées du statut d’intermédiaires à celui de mandataires. La gestion sous mandat n’est plus seulement perçue comme une technique bien adaptée à la cohabitation de législations contradictoires. Il est désormais admis qu’elle contribue de manière décisive à la revalorisation d’un métier, en procurant une considération inédite aux agences, du même coup repositionnées sur un marché réactivé.

 

Certaines chaînes d’hôtels, sans l’avouer, pensaient se débarrasser peu à peu de ces agences « parasites », ils retrouvent les mêmes, en couleur, auréolées de leur nouveau rôle de mandataires, intervenant au nom et pour le compte des plus grandes signatures. Chacun, finalement, y trouvera son compte. Les entreprises clientes, en s’en remettant à des prestataires plus qualifiés offrant un cadre juridique avantageux. Les fournisseurs eux-mêmes qui gagnent dans l’affaire des interlocuteurs pleinement capables, le principe même du mandat ( article 1998 du Code Civil ) faisant que les actes du mandataire engagent le mandant dans les seules limites fixées par le mandat lui-même.

 

OSONS

 

La gestion sous mandat permet de ré-envisager sereinement la perspective d’une collaboration durable entre les agences et leurs clients. La durée convenue des contrats étant affaire de raison dès lors qu’elle permet l’amortissement de structures nécessairement plus lourdes et l’indispensable formation des personnels dédiés.

Tout se tient et tout se plaide. Concevoir une durée contractuelle de trois ans en contrepartie d’une extension des responsabilités et des compétences, il n’y a là rien de vraiment hérétique.
On viendra parfaire le dispositif en stipulant le mandat non-exclusif et en plafonnant le volant d’affaires annuel reconnu à chaque prestataire référencé.

 

Didier TURCAN

Partager cet article
Repost0